Acte 2

La pratique de la photographie et du portrait a considérablement mutée avec l’arrivée du médium numérique puis ensuite avec l’intégration d’apareils photographique à l’intérieur de nos téléphones. Nous n’allons plus chez l’artisan photographe pour nous faire tirer le portrait, nous levons le bras armé de nos smartphones et faisons des selfies.

À contre-courant de ces flots d’images en continu, où l’instant décisif est remplacé par l’instant compulsif d’un besoin de se regarder - comme si l’image pouvait rassurer sur notre réelle existence - je choisis d’arrêter le temps. Que racontent les personnes d’aujourd’hui mise dans un contexte de pose face à l’appareil photographique comme cela était le cas il n’y a encore pas si longtemps que cela ? Les portraits aujourd’hui peuvent-ils témoigner d’une époque et d’une société comme cela a pu être le cas avec les portraits d’Auguste Sander ou de Seydou Keita ?

Je cherche les réponses au travers des personnes dont je fais le portrait et que je fais poser dans leur environnement depuis presque dix ans. Entre recherche artistique et documentaire, je choisis le noir et blanc afin de limiter la distraction du regard que pourrait provoquer la couleur.